11. Saignée (octobre-décembre1975)



DES MURS ET POURTANT

Il y a des murs qui soufflent
une sale haleine

qui sont grands et gris
un profil affreux

qui penchent leur oeil de ciment armé
comme une auréole un tréteau de glace

les désirs pendus
un mur de douleur où l’amour s’enfonce

des murs accrochés au dessus des mains
qui griffent à rebours le cul du néant

et pourtant
pourtant

du pli de la terre
les voix de limon feront des baisers


vendredi 15 novembre 1975