2. Nuibres (1968 - 1969)



COMPLAINTE DU DERACINE

Quelques cadavres roulent mon coeur
quelques ténèbres

des rires glacés grattent ma chair
nuit de silex…

je me sens sec et rabougri
je me sens pauvre

coupé de la sève de l’arbre
la vie d’un patrimoine immense…

l’ermite a vite fait de moisir


Mercredi 5 mars 1968