13. Etherangoisses (1975)



ETHERANGOISSE II

(De l’écriture automatique comme thérapeutique à l’angoisse aéronautique)

Vingt mille lions se sont brûlés la queue
vingt mille dans mes joues soufflées
comme
un fétu par dessous l’océan

je t’ai plongé sans crier gare et tu as ri
comme
jamais la terre n’a ri

on a pleuré de rire
tellement la voiture de grand-père avait de soubresauts
le chemin caillouteux pardessus les nuages
sous la plaie inondés
béante

ma reine des faubourgs accrochée sur la butte
comme
un vert de bistrot
comme
un boc germanique
comme
un bain de vapeur

on chantait Carmagnole
on blessait les oiseaux en crachant nos molaires
on pinçait par la queue mille toits rabougris
cheminée de blizzard
cheminée de toundra où la neige collait
comme
un chien de chasseur arraché par les vents à sa veste de peau

on frappait sur les crânes
des pâmeurs de Bicêtre
et les pins de basse-cour attendrie
comme
vierge écroulée
de repos de malade
et de grises ristournes à la vie de la race
juive ou nègre on ne sait
pour hurler à la veine
des caillots de champagne et le bruit désolé des vaisselles d’antan
sur ma tête et mon bât où les cloches
divaguent

on pourra s’attacher des bretelles de pommes
et des caches adamiques
un corbeau de pâleur a les ailes rentrées
le regard des aïeux par dessus les décades
fauchera les retours et les peines de corps arrimées sur la bave
enroulée
cajoleuse à ta bouche d’empois
cahotée
doucereuse à foison sur les ceps ou les tailles
de guêpes rétrécies
comme
un ver entre piège et maisons

entre tours et tempête on fera des souris sous les pieds d’éléphants
martelant la samba des savanes dantesques

on pourra se rouler sur les clous des fakirs et le sang
piquera
des diadèmes de langue et du goût des requins

on pourra se coucher dans la cage d’enfer
et frotter les boutons
les acmés
les sourires et les pâles d’acier racornies
comme
un oeuf rejeté par la vague ou le flot des aigreurs
en torrent
d’oxygène et de bois de sentiers
on pourra
s’amuser mon amour
mon amour à la force des lèvres enlacées
comme
un huit avec des mieux des moins
avec des creux des trous
avec des ronds de pieds retournés sur la tête
on va

chanter chanter on va s’aimer et puis
se faire amour
amour


dimanche 16 mars 1975