17. Abécédaire (1977) (suite)



P

C’est la pyorrhée de l’écorchure
qui fait échancrer les figures

c’est la griffe-éclair du pygargue
qui fait des raies dans la poutargue

c’est le sommier mou du purot
qui fait bailler le saligaud

c’est la caresse du pucheux
qui fait trembler le grain moelleux

c’est la cousine pubescente
qui fait remonter la tourmente

c’est l’imperméable de pruine
qui fait que la mort tambourine

c’est le soulier du poulpican
qui fait dégringoler le sang

c’est la claque ailée du poudrin
qui fait tousser le pèlerin

c’est le pied pourri du podagre
qui fait du hachis de l’onagre

c’est le train-train de la platière
qui fait diluer la poussière

c’est le juteux plaqueminier
qui fait gémir le prisonnier

c’est le nez torve de la pive
qui fait morver le pin des rives

c’est l’aube grasse des pituites
qui fait grogner les favorites

c’est le câlin des pipistrelles
qui fait hurler les demoiselles

c’est la foison des piperies
qui fait grincer les utopies

c’est l’or crispé du pince-maille
qui fait dégourdir les cisailles

c’est l’air de la pinacothèque
qui fait gribouiller de gros chèques

c’est le tapis de pimprenelles
qui fait saigner la bagatelle

c’est l’art pointu des pimpesouées
qui fait cailler la voix lactée

c’est le blabla des philomèles
qui fait pleurer la sentinelle

c’est le cachot du philistin
qui fait moisir les parchemins

c’est le frisson du philibeg
qui fait ricaner le collègue

c’est le baiser phagédénique
qui fait des cratères émétiques

c’est l’éther grouillant du peyotl
qui fait dérailler le pilote

c’est le crachat bleu du pétun
qui fait brunir le bout des mains

c’est la mélancolie pétrée
qui fait des cals à la pensée

c’est le chahut des pétaudières
qui fait les foules meurtrières

c’est l’enfer mousseux du pertuis
qui fait éparpiller l’ennui

c’est le palais des péronnelles
qui fait froisser les brocatelles

c’est le verso des périssoires
qui fait basculer la mémoire

c’est l’oeil de suie du périgueux
qui fait éclabousser les yeux

c’est la tendresse du perchis
qui fait souvenir le rassis

c’est la finesse des percales
qui fait affoler les morales

c’est le cou rétro du pédum
qui fait faner le décorum

c’est le cou ciné de la pecque
qui fait tomber les coups de bec

c’est le marais de la pécore
qui fait barboter les aurores

c’est l’âme immaculée peccable
qui fait des baves inextricables

c’est le grondement du péan
qui fait détaler le rufian

c’est le chemin pavimenteux
qui fait cahoter les adieux

c’est la compagne pauciflore
qui fait macérer le remords

c’est la saveur du patchouli
qui fait divaguer la fourmi

c’est la mêlée du pataquès
qui fait grimacer le faciès

c’est l’intempérie patagonne
qui fait dessécher l’autochtone

c’est le tacot du patachon
qui fait fêler les troufignons

c’est le roulis de la patache
qui fait décoller les moustaches

c’est le chapeau des passiflores
qui fait sanctifier le décor

c’est le buisson des passeroses
qui fait déraciner les proses

c’est la risée des pasquinades
qui fait plier la cantonade

c’est le show bouffi du pasquin
qui fait étrangler le chagrin

c’est le tableau du parélie
qui fait anguler les sourcils

c’est le ciment des parésies
qui fait fossiliser l’envie

c’est le parfait du parangon
qui fait le menu du larron

c’est l’élixir de la papule
qui fait picorer la fibule

c’est la poignée papelardise
qui fait engluer la chemise

c’est le chapelet papelard
qui fait égrener les brocards

c’est le facétieux papaver
qui fait brouter les réverbères

c’est le juponneux papalin
qui fait la pique au chérubin

c’est le mouton de la panoufle
qui fait aussi peau de pantoufle

c’est le poil cru du panicaut
qui fait régaler le chameau

c’est l’inconnue des panerées
qui fait le cri de l’affamé

c’est le venin doux de la pane
qui fait suinter les organes

c’est la bouffée du pampéro
qui fait tanguer le boléro

c’est l’affèterie palpébrale
qui fait l’amoureuse infernale

c’est le baiser des boues palustres
qui fait étouffer l’homme illustre

c’est le vent semé de palus
qui fait danser les blés joufflus

c’est le vent creux du paltoquet
qui fait des bonds dans le fumier

c’est le confesseur palsambleu
qui fait crachoter les aveux

c’est le caca de la palombe
qui fait mûrir les hécatombes

c’est le tabou du palladium
qui fait reculer le fatum

c’est la kermesse palatine
qui fait tourner la javeline

c’est la traînée de la palangre
qui fait mousser la bête exsangue

c’est le ballet de la padine
qui fait éventer les ondines

c’est l’écroulement blanc du pack
qui fait poudroyer le tic-tac

c’est le pacage or de l’amour
qui fait divaguer le vautour


samedi 23 juillet 1977

G
H
I
J
K
L
M
N
O
P