19. De la nuit à l’aurore (1977)



ARLEQUIN

Arlequin dans sa Peugeot
se fiche tout à fait des feux
rouges

il enfonce dans la mousse
l’amanite vaginée
qui caresse ses souliers

les chauffeurs dans leurs autos
crispent leurs mollets foutus
sous le nez de la comète
deux cent trois

c’est le nom de la Peugeot
d’Arlequin le fou d’espace
au milieu des rangées d’ailes
et des baisers de ferraille

l’aliéné rêvant de lacs
roule sur les galaxies
les chapeaux légers d’éther
la neige impensée du ciel

la voie douce où l’Arlequin
chante à mort la nuit des voûtes
et les lumières de demain


vendredi 18 février 1977