3. Cris (1970 – 1971)



LE TEMPS COULE COMME UN SILENCE

Sur les rêves des enfants
le temps coule du silence

des bruits vides sans demains
roulent dans l’eau des chemins

des chats maigres épluchés
courent sous le dos des bâtons

des mains blêmes écorchées
cousent l’amour épuisé

les gens pleurent en chapelet
les espoirs dépenaillés

sur le fond des horizons
se balancent des chansons

muettes

sur les lèvres de ciment
les sourires sont écroulés

et la bouche dans le sable
les poissons font des baisers

sur les voiles déchirées
sur l’épave rejetée de nos âmes éventrées

la lumière est essouflée
et s’épuise dans son ombre

et le temps comme un silence
sur les rêves des enfants

Passe et passe sa main froide


1971