26. Erzastres (1979)



DOUBLE V

Un verre
paresse
de scotch et sucre dans son lit
tout est liquide à rêvasser
un ange lent coule au rebord
des larmes quand le vent se tord
le coeur est mou de la guimauve

la femme devient rocking-chair
à ses aisselles l’eau solaire
mouille un peu comme en bas le sexe
d’une tendresse émue le doigt

l’aimée accueille encore l’amour
la terre encore bouche l’aimée
et
la douce langue des langueurs
amuït l’homme dans les pleurs

la pluie d’Afrique fait fumer
sauna de vapeur et papier
moumoichouplumarésommier
un garçon tend son corps à celle
qui va l’affadir d’un baiser
le prélude est la fin en fait

la matière bue sous le chapeau
un cheval au sang de pavot
bouent le ciel a
l’ultime couleur des refuges
la croûte semée idéale
la souche à l’envers où s’immole
le vivant de verre atterré


lundi 2 juillet 1979