5. Fièvres (janvier – avril 1974)



LA NEIGE

La neige est une couverture d’éponge
une digitale libidineuse
un champ de sperme antique
où les mammouths gris s’encornent

la parure éphémère et le poids de la plume
rongée par la fournaise
fil à fil
jour à jour
froissée dans l’ombre au bouquet de la nuit

frileuse
évanescente quand l’âme dort
glace au matin sous le pied vaniteux

la neige prend les masques
comme on prend une femme
du damier noir et blanc selon le temps qui coule
qui berce les cristaux macérés dans le ciel
qui mâche la poussière au caprice des heures
et fait dans le néant la substance ludique
l’ornement de la joie
le chant des souvenirs

une envie de coton
dans le charme étouffé des glissades intimes

la neige est un fantôme
la croûte et la peau du plaisir
la mort à la source d’eau claire

la neige tombe molle et meurt
comme vous


janvier 1974