30. Aurifère (1981)



A LA VIE

Et roulé comme un tas de bois
je suis roulé

de la verdure autour du corps
je vais brouter

tous les bouquets de boutons d’or
on va s’aimer

dans le ciel bleu de la mer a
fouetté

ton oeil blafard qui coule au bord
du vide épluché

c’est le moment chou de la mort
on va tomber

dans la boue colle sur nos doigts
se sont croisés

nos langues dans un accent fort
tzigane un paquet de baisers

avec un noeud au chapeau fort
on va sauter

à pieds joints sur le tas de bois
de cheminée

le feu va prendre à nos supports
plastifiés

dans les fuseaux de notre accord
on va flamber

dans le ciel bleu de la mort a
le flou de la cendre envolée

un linceul à l’étoile du Nord
un masque à l’étoile du Berger

Hasard n’a plus de sémaphore
on va heurter

dans l’encre à minuit le boa
a mué

l’écueil à ba et à tribord
dans les plaies l’eau va se ruer

et les poumons pleins loin du port
on va couler

dans les abysses la chair a
le teint violet

et le jusant va par les pores
se mêler à l’eau noire salée

nos couches n’ont plus de ressort
on l’a trop fait

et roulé comme un tas de bois
on est roulé

des algues en bure autour du corps
on va baver

nos bouches n’ont plus de temps mort
à la vie pour s’aimer


1981