7. Fugues (juin – décembre 1974)



CORRIDOR

Le train n’est pas pressé ce soir
il va son petit train du dimanche
et nous sommes vendredi
et nous sommes samedi

il grogne
il pouffe et patapouffe à qui mieux
mieux vaut être dans son lit que
dans le corridor

ah si je tenais la place de mes valises
inertes
cailloux de la marelle
pris dans la main
lancés dans l’air et dans l’eau
poids morts contents de ne pas être

la vie n’a pas toujours du bon
elle est souvent bien dure
mes fesses en savent quelque chose
mon fondement meurtri grâce
auquel je pense enfin beaucoup plus haut que
la ceinture


vendredi 5 juillet 1974