7. Fugues (juin – décembre 1974)



LE PETIT MATIN

Si le blessé joue du piano
le sang de ses doigts fait des rondes
et les chemins de la musique
souffrent

la clé de sol frappe dans l’air
effeuille et brise le silence
et ploie les ombres sauvageonnes
à sa mesure

la plaie de l’eau fait de l’écume
et dans l’étoile où le vent tourne
crache une balle de fusil
un trou un cri

quand le petit matin s’écoule
le sable allume des soleils
et dans le roulement des brumes
l’amour s’enfuit


mardi 18 juin 1974