7. Fugues (juin – décembre 1974)



TON ABSENCE

Le temps est bas
gris
rampe au dessus des toits gris
mange l’empreinte des femmes éloignées
coule dans le bois malade
les fissures
le bois gris
remonte dans le corps usé
l’absence où poussent les fantasmes
le jour qui se prend pour la nuit
la nuit qui ne sait plus fermer sa porte

le temps est très bas
très gris
fait de la neige sale dans ma tête
et les choses sont un peu sans dessus
dessous
un peu grises quand tu n’es pas là


lundi 1er juillet 1974