9. Souillée (avril-mai 1975)



PIN RAMPANT

L’arbre s’accroche
un demi mètre dans le ciel

le tronc nanain a l’oeil rompu
ses ailes poussent des projets

l’espoir vert-vert des lieux boueux
sans cône encore à décrypter

l’habit mesquin des avarices
râle d’aurore au crépuscule

habite aux pentes calcalines
dans la blancheur enfouie des pierres

le conifère de la rampeur


vendredi 30 mai 1975