9. Souillée (avril-mai 1975)



EPICEA

L’arbre s’étage
cinquante mètres dans le ciel

le tronc peau rouge a l’oeil écaille
ses ailes étalent des deltas

l’espoir vert doux des tiares offrantes
ses cônes font des corps de brune

l’habit sauvage des coeurs dignes
présent du fond de l’élégance

habite à toutes les maisons
jusqu’aux limites des couleurs

le conifère de la chaleur


vendredi 30 mai 1975