10. Saillie (juin-septembre 1975)



FEMME CREANTE

Rêves démaquillés la ville est de passage
le train d’asphalte est gris comme un brouillard anglais
tremblante elle est tremblante on ne saurait mieux dire
quand le feu de la langue se trempe dans le lait
de la femme gravie comme un fétu de pierre

rêves désaccordés la colline est en marche
le train de blé se penche avec ses gens de chair
malade elle est malade on ne saurait mieux dire
quand l’ongle de l’index décape le palais
de la femme gonflée comme une montgolfière

rêves déracinés le voyage est ouvert
le train de ciel est bleu comme une mer lointaine
soleil elle est soleil on ne saurait mieux dire
quand la bouche gravée caresse la brûlure
de la femme créante d’un coup de cri magique


mardi 15 juillet 1975